Un arrêté préfectoral interdit aux communes de démoustiquer l’Aedes albopictus (moustique tigre) en phase aérienne (adulticide). En effet, les insectes développent des résistances aux produits biocides ce qui laisserait les Autorités Sanitaires démunies face à une épidémie de dengue, chikungunya, zika…

Seule l’ARS (Agence Régionale de Santé) PACA peut actionner la démoustication adulticide autour de cas autochtones ou importés de ces maladies virales.

De plus, si les gîtes larvaires, c’est-à-dire, les lieux de pontes ne sont pas vidés, dans un délai de 15 jours environ, les femelles reviendront à nouveau en augmentant le phénomène de résistance et la réapparition de la nuisance comme antérieur.

Ce moustique pond dans les petites quantités d’eau ; une coquille d’escargot vide lui suffit. Il faut faire la chasse aux réceptacles dans le jardin une fois par semaine.

Qui plus est, il faut savoir que les pesticides sont classés « perturbateurs endocriniens » dont le potentiel de dangerosité chez les agriculteurs est mis à jour. Ils seraient aussi incriminés dans des maladies graves chez les enfants (sources : CNRS).