Depuis le début du confinement, AtmoSud a noté une baisse importante des oxydes d’azote (marqueur du trafic routier), il n’en est pas de même pour les concentrations de particules fines qui ont doublé.

Cette augmentation est en grande partie liée à la combustion de bois (confinement oblige les population à passer plus de temps chez eux et se chauffer plus). Par ailleurs, la pratique du brûlage des déchets verts semble s’être renforcée, bien que cela soit interdit.

La pollution augmente le risque de maladies respiratoires. Selon une étude de Santé Publique France, (2016), 4500 décès par an sont liés à la pollution par particules en région PACA.

Il existe de nombreuses alternatives au brûlage des déchets de nos jardins.

Pour les déchets organiques, de tonte ou d’entretien, le paillage et le compostage ont de réels avantages. Il est conseillé de pailler les feuilles mortes ou les herbes fraiches, ou de les déposer dans un composteur. Pour les personnes ne disposant pas de composteur, il est préconisé d’attendre la réouverture des déchetteries en stockant ses végétaux dans un endroit dédié dans le jardin.

Pour rappel, il est interdit de brûler. Le code pénal précise le montant de la contravention selon sa classe, généralement de 450€. 

Pour en savoir plus sur les alternatives au brûlage : https://www.atmosud.org/article/mes-dechets-verts

Le rapport complet d’AtmoSud :  pdf Note brulage déchets verts Atmo Sud (416 KB)

2020 04 23 Interdiction de brûlage des déchets verts en cette période de confinement

Pour plus d'informations, allez sur le site : http://www.bouches-du-rhone.gouv.fr/Politiques-publiques/Agriculture-foret-et-developpement-rural/Foret/Emploi-du-feu-et-brulage

2020 04 23 Memo emploi du feu Actu