LA CHAPELLE SAINT JEAN DE MELISSANE

Le site est mentionné comme ayant appartenu successivement à Montmajour, aux Templiers, puis aux Hospitaliers. Ce n'est plus, dès le XVIème, qu'une chapelle autour de laquelle la population se fait enterrer : des labours profonds en 1960 l'ont confirmé.
C'est aussi à cette époque que la pratique de la messe dominicale a cessé pour être remplacée par un pèlerinage autour du 24 juin, parfois suivi d'un aïoli pris en commun.

 A l'éxtérieur, un fût de colonne provient de la Grande Bastide et une pierre de manège qui fut longtemps l'objet d'une tradition locale : on faisait mettre les pieds dedans aux nouveaux-nés ou aux nouveaux baptisés.

Dans le mur ouest, une pierre de réemploi gravée de beaux traits porte l'emblème biblique des premiers chrétiens que Saint Cassien avait rapporté de Terre Sainte : la grappe de raisins et les poissons.

 

Les vitraux ayant été brisés, les ex-voto dispersés, la reproduction d'un baptême du Christ de Rubens volée, que reste-il à l'intérieur ?

Un autel composé d'une dalle retrouvée in-situ et d'un fût de colonne. On y voit aussi un curieux confessionnal taillé dans l'épaisseur du mur. Le vitrail qui orne la meurtrière est dû à un artiste fuvelain.